Histoire et Géographie...

Santenay est une charmante localité d'un millier d'habitants, adossée à la montagne et exposée au midi; elle vit au rythme de la vigne et du vin. Santenay est station hydrothermale et climatique depuis 1968.
Ses eaux bienfaisantes -les plus lithinées d'Europe- et ses vins permettent de créer les conditions propices à une certaine douceur de vivre.
Les amateurs de promenades sont séduits par la beauté de ses coteaux et par la vue panoramique offerte au sommet du Mont de Sène, appelé aussi Montagne des Trois Croix. Saint Jean de Narosse, église romane du XIIIe siècle attire les spécialistes de l'art religieux bourguignon.
Le Casino de Santenay et ses machines à sous, attirent les passionnés des jeux de hasard.

Associant l'eau qui guérit, le vin qui réjouit, le soleil et les jeux, Santenay est vraiment aujourd'hui "Le Nice de la Côte d'Or" (Chanoine F. Kir).

  •  Santenay raconté par ses rues


Santenay-le-Bas, Santenay-le-Haut

santenay 1Santenay est partagé en quatre zones habitées.
- Santenay-le-Haut qui est la partie la plus ancienne s'appelait autrefois Narosse. Aujourd'hui partagée entre la Charrière et le quartier thermal.
- Saint Jean au pied de la falaise surplombée par le Mont de Sène; avec son ancienne église.
- La Crée qui sépare ces deux dernières agglomérations de Santenay-le-Bas.
- Santenay-le-Bas qui après s'être développé autour du château, est devenu le centre commercial en particulier après l'apparition du chemin de fer, dont la gare abrite aussi l'Office du Tourisme.

    

Santenay-le-Bas.

En partant de ce lieu, vous découvrez après avoir remonté la rue de la Gare, la place du Jet d'eau. Au XVIIe siècle, une halle réservée aux marchés et foires y avait été édifiée par Denis Legoux de la Berchère, seigneur de Santenay.
A la fin du XVIIIe siècle, la halle abritait une auberge démolie sous la Révolution, les patriotes entendaient réserver l'édifice à leurs réunions.
La halle fut détruite en 1848 et remplacée par un bassin circulaire et un jet d'eau en 1870.

Le bel hôtel avec terrasse, sur la bordure nord de la place, a été construit en 1837 par le négociant en vins Duvault-Blochet qui, à l'époque, est le seul propriétaire de la Romanée-Conti.
Vous montez la Grande rue, sur votre droite, remarquez la maison Jonchapt, avec pigeonnier, construite vers 1650, par Denis Jonchapt "amodiateur du marquisat de Santenay" (c'était lui qui était chargé de faire verser les revenus les droits féodaux).
En 1660, il commande la Vierge terrassant le dragon pour l'église Saint Jean.
Décédé en 1674, il est enterré au pied de la statue.

    
portail vue de santenayAprès la Grande rue, vous montez la rue de la Bussière et tournez à votre gauche jusqu'au château.
Puis vous redescendez en direction de l'église Notre Dame du Rosaire.
A la fin du XIXe siècle, l'église Saint Jean étant éloignée du centre du Santenay moderne qui s'était développé autour de la place du Jet d'eau.
Les deux filles du riche propriétaire Jacques Duvault-Blochet, Mesdames Dupuis et Massin, décident alors de lèguer les fonds nécessaires à la construction d'une église mieux placée.
Un architecte d'Autun, Louis Lagoutte, en conçoit les plans en style néogothique. .Le 17 octobre 1891, ce nouveau bâtiment est inauguré.
Il sera endommagé par un incendie en 1988, et rouvert au culte seulement le 25 mars 1990. A l'occasion de ces travaux, un coq en métal doré est venu orner la pointe du clocher.

En continuant à descendre, vous arrivez à la place de la Mairie d'où vous apercevez la chapelle Sainte Agathe et son Beffroi.
Construite vers 1590, elle comportait à l'origine un simple campanile au-dessus du mur du choeur, avec deux cloches.
Le clocher qui l'a remplacé est en réalité le beffroi construit sous la Révolution pour recevoir le tocsin municipal.
Pendant la Terreur abritant le club des Amis de la Constitution, elle servit de prison pour les suspects.
Rendue au culte après la Concordat de 1801, elle a été fermée en 1891.
Elle sert maintenant de salle de réunion et de bibliothèque municipale.
      
Santenay-le-Haut

santenay le hautAu milieu de la montée de la Charrière à votre gauche, la chapelle Saint François construite en 1668 par le propriétaire du château tout proche..
Devenue bien national, elle a été vendue en 1796. Elle est restée depuis propriété privée. Une restauration récente, lui a rendu son aspect primitif.
Au sommet de la rue de la Charrière, toujours à votre gauche, vous vous trouvez devant l'entrée du château Millard. Edifié par François Millard vers 1670, ce bâtiment se présente sous la forme d'un corps de logis rectangulaire, flanqué de deux tours carrées à toits pyramidaux.
    
Il est complété par un imposant pigeonnier et une petite construction carrée servant peut-être aux anciennes cuisines.
Ce château restera la propriété des Millard jusqu'en 1902, date à laquelle il sera vendu au négociant en vins Fleurot-Larose.

Pour le quartier des Sources , voir la rubrique Thermalisme
Pour le Casino, voir la rubrique Les jeux

Saint Jean
Au pied de la falaise surplombée par le Mont de Sène, en-dessous du Bois de la Fée, les quelques maisons du hameau entourent l'église de Saint Jean de Narosse. Pour plus de détails sur Saint Jean, cliquez ici